Défiscalisation
Publié le - 164 aff. -

Un rendement de 15% à 18% en investissant en outremer !

Cet article s’adresse aux contribuables français fortement imposés. Il leur est en effet possible d’effacer une importante partie de leur impôt, voire toute la totalité de leur impôt, en investissant en outremer. Ceci, tout en profitant d’un rendement avoisinant les 15%, voire 18% et plus en fonction de la qualité du pilotage de l’activité.

Pour cela, l’investisseur placera son argent en souscrivant à la loi Girardin industriel qui est un dispositif fiscal destiné aux résidents fiscaux français. La réduction des impôts dépendra alors du montant de la mise de départ. Le rendement est le plus significatif au cours de la première année de l’investissement. Il régresse au fil des quatre années restantes. Rappelons que le Girardin industriel va s’opérer sur une période ferme de cinq ans. Rappelons aussi que le placement ne donne lieu à aucun retour sur investissement, le gain prenant plutôt la forme d’une défiscalisation. Cette dernière est de plus de 100% : elle varie entre 110% et 120% par rapport à la mise de départ.

L’investisseur peut souscrire à la loi Girardin quel que soit le montant de son apport. La défiscalisation va dépendre dudit montant. Par exemple, si la mise est inférieure à 200 000 euros, on parle de défiscalisation de plein droit, c’est-à-dire ne nécessitant aucun agrément des autorités fiscales. Dans le cas inverse, c’est-à-dire pour une mise supérieure à ce seuil, la défiscalisation se fera sous agrément, nécessitant certaines contraintes administratives, dans la mesure où la réduction d’impôt est plus importante.

Pour garantir la sécurisation du placement sur les cinq années règlementaires, il est crucial de confier le projet à un professionnel, tel que le groupe profina. Celui-ci non seulement se charge de la prise en main du dossier de défiscalisation, mais intervient aussi depuis la mise en route du projet. C’est-à-dire qu’il met en place le dossier juridique, la création de la société de portage, en passant par le choix de l’entreprise ultramarine partenaire qui doit être éligible au dispositif.